@ag_biomedecine

5 choses à savoir sur le don d'ovocytes

​et le don de spermatozoïdes en France

1. La démarche de don est aujourd’hui ouverte aux personnes n’ayant pas procréé
Depuis janvier 2016, il n’est plus nécessaire d’être déjà parent pour pouvoir devenir donneur de gamètes. Aujourd’hui les centres de dons peuvent accueillir toutes les femmes de 18 à 37 ans et les hommes de 18 à 45 ans en bonne santé.
En ouvrant la possibilité de donner aux personnes sans enfant, la France cherche à augmenter le nombre de donneurs et de donneuses pour rajeunir leurs profils et pour répondre aux besoins de nombreux couples qui souffrent d’infertilité médicale.
Les personnes seules, séparées ou divorcées, peuvent aussi donner des ovocytes ou des spermatozoïdes.
À savoir : pour les personnes en couple, le consentement du conjoint(e) est obligatoire. 

2. Les dons d’ovocytes et de spermatozoïdes sont réservés aux couples souffrant d’une infertilité médicale
Selon la loi française, les dons d’ovocytes et les dons de spermatozoïdes sont destinés à des couples composés d’un homme et d’une femme en âge de procréer, mais qui n’arrivent pas à avoir d’enfant. Le don vise alors à remédier à l’infertilité de l’homme ou de la femme qui a été diagnostiquée par des médecins spécialisés.
Dans certains cas, les dons d’ovocytes ou de spermatozoïdes peuvent bénéficier à des couples pour lesquels il existe un risque de transmission d’une maladie génétique grave à leurs enfants.  

3. L’anonymat est garanti pour tous : donneuses/donneurs, couples receveurs et enfants issus d’un don
En France, les dons d’ovocytes et de spermatozoïdes sont anonymes : les donneurs et les donneuses ne peuvent pas connaître l’identité du couple receveur, et réciproquement. De la même manière, un enfant issu d’un don ne peut pas connaître le donneur ou la donneuse qui a permis sa conception. Cependant en cas de maladie grave et d’origine génétique diagnostiquée chez le donneur ou l’enfant, les médecins du centre de don peuvent servir d’intermédiaires pour transmettre des informations d’ordre médical, tout en préservant l’anonymat

4. Les dons d’ovocytes et de spermatozoïdes sont des actes gratuits
Le caractère altruiste du don et l’absence de motivation financière sont des conditions indispensables pour devenir donneur/donneuse. Toute rémunération en contrepartie d’un don d’ovocytes ou de spermatozoïdes est strictement interdite en France.
À noter : les donneurs et les donneuses bénéficient de la prise en charge de tous les frais (médicaux ou non) occasionnés par leur don. 

5. Le don est librement réalisé, sans pression d’aucune sorte
Les donneurs et les donneuses signent un consentement écrit, sur lequel il est possible de revenir à tout moment et ce jusqu’à l’utilisation du don. Celui-ci est également signé par le conjoint(e), si la donneuse ou le donneur vit en couple.
Les candidat(e)s au don sont informés par l’équipe médicale des conditions de réalisation du don, notamment sur les risques et contraintes liés à la stimulation et à la ponction ovocytaires.