6 janvier 2015

Communiqué de presse

Les recommandations des dirigeants d’entreprises étrangères pour améliorer l’attractivité de la France.

9e Edition des Etats de la France

Dans le cadre de la 9e édition des "Etats de la France" qui s’est tenue le 17 décembre au Conseil économique, social et environnemental, plus de 500 représentants de sociétés à capitaux étrangers installées en France ont fait part de leurs « Recommandations pour améliorer l'attractivité du site France". Un « Manifeste des Etats de la France 2014 », signé par 86 Présidents de filiales françaises d’entreprises multinationales, a été publié dans le quotidien Les Echos pour porter ces recommandations. Un sondage réalisé par Ipsos auprès de 157 dirigeants, sur l’impact des politiques publiques en matière d’attractivité, a mis en lumière leurs principales attentes.


Un an après la publication dans Les Echos du 19 décembre 2013 du « Manifeste des Etats de la France » signé par 53 chefs d’entreprise, à l’occasion duquel ils avaient alerté le gouvernement sur leurs difficultés à convaincre leurs maisons-mères de faire le choix de la France pour y investir et y créer des emplois, la communauté des sociétés étrangères implantées en France s’est réunie à nouveau pour poser un diagnostic et former, après une journée d’échanges et de tables rondes, de nouvelles recommandations pour améliorer l’attractivité de notre pays.

Depuis un an, des annonces ont été faites et des initiatives prises au plus haut niveau de l’Etat qui répondent aux recommandations fortes formulées lors de l’édition 2013 des Etats de la France. Mais sont-elles à la hauteur des enjeux ? Ont-elles changé la donne en matière d’attractivité ? Ont-elles fait évoluer positivement les décisions d’investissement en faveur de la France ?


La 9e édition des Etats de la France, une journée de réflexion et de débats autour des thèmes suivants :

  • Entre rebond ou déclin : L’attractivité du site France s’est-elle améliorée depuis la dernière édition des Etats de la France ?
  • Ce que le monde nous apprend : Benchmark des meilleures pratiques internationales en matière d’attractivité.       
  • Le social, c’est crucial - Comment lever les handicaps qui, en matière sociale, pénalisent l’attractivité de la France ?
  • Le territoire, c’est capital - Comment mieux mobiliser les territoires pour améliorer l’attractivité de la France ?
  • L’innovation, c’est vital - Comment mieux libérer l’énergie créatrice pour améliorer l’attractivité de la France ?
  • Les recommandations 2014 des Etats de la France.    



A l’invitation de Jean-Paul Delevoye Président du Conseil économique, social et environnemental, la journée a été ouverte par un discours d’Emmanuel Macron. Frédéric Vacas a dévoilé les résultats d’un sondage réalisé spécialement par Ipsos auprès des responsables français de sociétés étrangères implantées en France sur l’impact des politiques publiques en matière d’attractivité. Muriel Pénicaud, Emmanuelle Wargon, Alain Juppé et Axelle Lemaire sont intervenus en tant que « grand témoin » lors de tables-rondes auxquelles participaient plus de 20 dirigeants de filiales françaises d’entreprises multinationales. Les recommandations 2014 des Etats de la France ont été présentées par les Présidents de Accenture, Adecco, EY, HP, Roche et Siemens, en présence de Pierre Gattaz. Enfin, Michel Sapin a prononcé le discours de clôture.

Jean Paul Delevoye

Emmanuel Macron

Muriel Pénicaud

Emmanuelle Wargon

Alain Juppé

Axelle Lemaire

Pierre Gattaz

Michel Sapin


Les tables rondes étaient présidées par les six partenaires stratégiques
des Etats des de la France :

Christian Nibourel,
Président d'Accenture France et Benelux


Alain Dehaze,
Président du groupe Adecco France
Jean-Pierre Letartre,
Président d'EY France, Maghreb et Luxembourg


Gérald Karsenti,
Président-directeur général
de HP France


Corinne Le Goff,
Présidente de Roche France
Christophe de Maistre,
Président de Siemens France



L’attractivité de la France selon les responsables de sociétés étrangères ayant au moins 250 salariés en France

Un sondage réalisé par Ipsos en collaboration avec EY pour la 9e édition des Etats de la France, auprès de 112 entreprises étrangères implantées en France, sur l’impact des politiques publiques en matière d’attractivité, a mis en lumière les éléments suivants :

  • La France est aujourd’hui un pays peu attractif pour les entreprises étrangères
  • Des mesures récentes vont dans le bon sens, mais sont jugées insuffisantes
  • Pour les responsables d’entreprise, la France peut redevenir attractive si elle poursuit les réformes
  • L’image de la France à l’étranger, un levier pour améliorer l’attractivité

Lire les résultats du sondage IPSOS

Des éléments d’analyse chiffrés d’EY Advisory sont venus éclairer les échanges et nourrir les réflexions, qui ont débouché en fin de journée sur les « Recommandations 2014 des Etats de la France » présentées devant Pierre Gattaz, Président du MEDEF, et Michel Sapin, Ministre des Finances et des Comptes publics, qui ont réagi à ces propositions.


Le « Manifeste des Etats de la France 2014 »

86 dirigeants de filiales françaises d’entreprises multinationales ont signé un manifeste intitulé « Attractivité : plus vite, plus loin, plus fort ! » publié dans Les Echos du 17 décembre 2014.

Lire le manifeste des Etats de la France 2014

Les 5 recommandations prioritaires des Etats de la France 2014

Les 5 mesures phares qui, pour les multinationales réunies à l’occasion des Etats de la France, constituent des priorités pour convaincre leurs sièges mondiaux d’investir en France et d’y créer des emplois, concernent les domaines suivants :

  1. Poursuivre l’action engagée en matière de réduction du coût du travail par une baisse continue des charges sociales, veiller à ce que les dispositifs mis en place soient simples et poursuivre celle menée dans le domaine de la stabilisation de l’environnement fiscal en donnant à la politique fiscale plus de cohérence, de simplicité et de lisibilité.
  2. Limiter les aspects pénaux du droit du travail aux seuls domaines mettant en cause l’intégrité physique ou morale des salariés, concrétiser l’intention de dépénaliser le délit d’entrave et soumettre l’intégralité des relations du travail au droit civil de la responsabilité. Simplifier les procédures de consultation en fusionnant les différentes instances de représentation du personnel, en en régulant le pouvoir, en allégeant les procédures de concertation, en encadrant le coût des expertises, et limiter dans le temps la durée des mandatures.
  3. Assouplir et simplifier le contrat à durée indéterminée pour favoriser l’emploi.
  4. Mettre en cohérence toutes les initiatives proliférantes prises en matière d’innovation, concentrer les efforts sur des priorités à fort potentiel de développement et de rayonnement – telle que la création d’un cluster de niveau mondial – intensifier les rapprochements entre le monde de la recherche, de l’université et des entreprises, créer un état d’esprit favorable à l’innovation en substituant au principe de précaution un « principe de progrès » et améliorer le financement de l’innovation.
  5. Soigner la communication internationale de la France en adressant aux milieux d’affaires étrangers des messages clairs et non contradictoires et se doter d’une véritable politique de « Marque France ».

Fondés par Denis Zervudacki, Président-directeur général de D.Z.A., Les Etats de la France constituent un rendez-vous annuel des sociétés à capitaux étrangers pour qu’ils puissent, dans une approche résolument « francoptimiste », faire entendre leur voix sur la problématique de l’attractivité du site France. Ils ont pour objet de permettre aux multinationales de débattre des ressorts de l’attractivité de la France et de former leurs recommandations pour que la France soit mieux irriguée par les investisseurs étrangers. Pour cette 9e édition, Les Etats de la France étaient soutenus par plus de 75 grandes entreprises partenaires, dont 6 partenaires stratégiques : Accenture, Adecco, EY, HP, Roche et Siemens.