Newsletter

Dimanche 5 juillet


 A ne pas manquer aujourd'hui 

Le rendez-vous à ne pas manquer en cette troisième et dernière journée des 15ème Rencontres Economiques d’Aix-en-Provence est fixé à 12h30 avec la traditionnelle déclaration finale. Une déclaration qui fera date tant elle est attendue sur ses propositions pour un modèle social du XXIème siècle. Ces mesures restent à inventer, notamment face à l’émergence de l’économie numérique. Protection sociale spécifiquement adaptée à l’ère digitale, refonte complète des charges sociales… les chantiers sont nombreux. Rendez-vous vers 12 heures à Aix-en-Provence ou sur www.lesrencontreseconomiques.fr

Avant cette déclaration finale, les débats se poursuivront sur le travail et les emplois de demain. L’Union a-t-elle tourné le dos au travail, s’interrogeront Marwan Lahoud (Airbus Group), Didier Ryenders (gouvernement belge) ou Jean-Pierre Clamadieu (Solvay). Avant cela, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, et le président du Medef, Pierre Gattaz, débattront de la manière de parler du travail en France.

Benoît Coeuré (Banque centrale européenne) échangera avec le Commissaire européen Pierre Moscovici. Quant au ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, il fera lui aussi le déplacement à Aix-en-Provence pour livrer sa vision du travail, « richesse du monde ».


 Ce qu'il faut retenir d'hier 

« Et si le travail était la solution ? ». La réflexion s’est poursuivie, la messe est même presque dite à l’issue de la deuxième et avant dernier jour des 15èmes Rencontres Economiques d’Aix-en-Provence. Les 23 sessions et débats organisés sur cette seule journée de samedi ont permis de faire émerger de nombreux éléments de réponse. Ces éléments seront peaufinés et conceptualisés par les membres du Cercle des économistes, avant d’apparaître au grand jour dans la traditionnelle déclaration finale ce dimanche midi. Face à l’urgence de la situation, l’heure n’est plus aux interrogations ou aux tergiversations mais aux actions concrètes, pour rendre pertinentes et efficaces nos politiques d’emploi. A situation d’urgence mesures d’urgences – sans négliger leur caractère nécessairement pérenne.

Comme l’a rappelé Marcos Peña, président du Conseil économique et social espagnol, invité à s’exprimer aux côtés de Louis Gallois (La Fabrique de l’industrie), Pervenche Berès (Parlement européen) et Emmanuel Farhi (Harvard University) : « 60% des enfants qui entrent à l’école aujourd’hui feront des études qui n’existent pas encore ». L’emploi de demain ne ressemblera donc en rien à celui d’aujourd’hui.

Cela nécessitera de sérieuses adaptations en termes de formation, de protection et de dialogue social au sein même de l’entreprise. De relations à l’autre, aussi, dans le cadre des enjeux migratoires. « La créativité, c’est aussi l’accueil des étrangers. Mal les accueillir, c’est refuser d’être une société créatrice », selon Jacques Attali venu débattre avec, notamment, Clara Gaymard (General Electric) et Erik Orsenna, de l’Académie française.

Loin des incantations qui n’ont que trop duré, le Cercle des économistes apporte sa pierre à l’édifice et apparaît en force de propositions, résolument dans une posture positive. A ce titre, l’édition 2015 des Rencontres Economiques fera date.